LEILA BOUNOUS

Une voix, un univers, un envoûtement... Une brise parfumée d'épices et d'électrorock souffle, c'est Leila Bounous qui nous fait l'honneur... La magie opère et la chanteuse se dévoile, entre révolte et mélancolie. Elle puise son inspiration dans le mélange des genres, sans frontières ni codes, dans le métissage dont elle est le fruit et chante sa poésie en dialecte algérois. Sa voix, envoûtante, profonde, cristalline, et féerique, invite au rêve et nous fait voyager dans mille lieux insoupçonnés. De la bienveillance à la tourmente, sa musique a une portée universelle tant elle est sincère et touchante. Avec une grande générosité et une belle simplicité, Leïla et ses musiciens complices touchent là où on ne s'y attend pas et nous renvoient à une humanité profonde, celle de la vie même. Ne manquez pas "la part du rêve", le nouvel envol de celle qui pendant huit ans a prêté sa voix à Orange Blossom (Sziget Festival, Vieilles Charrues, Francofolies de la Rochelle, Roskilde Festival, Womad festival, Robert Plant and the Strange Sensation Tour 2006...) ! Chargée d'influences musicales du monde entier, cette autodidacte qui a appris à moduler sa voix seule, à ciselé de nouveaux textes, de nouvelles musiques, dans un dialecte Algérois. Avec Mustahil (Impossible) où l'histoire d'une fin, d'un départ, tant de frissons avant la délivrance ; Dima (Toujours) qui raconte le cycle perpétuel de la vie avec ces même schémas et ces même points noirs redondants, dans un rythme tribal et grave. Aussi pour Mahbouss (prisonnier) ou comment sortir des boîtes qui envahissent notre univers et conditionnent nos esprits ; Qamra quand a elle, invoque la Lune avec l'enfant innocent qui croit qu'il peut la prendre entre ses doigts... Pour mener à bien son projet, intitulé la Part du Rêve, Leïla Bounous s'est entourée de Thomas Calegari à la batterie, Dylan Bendall à la guitare, Erwan Martinerie au violoncelle, Nicolas Stevenin au luth arabe.  Une belle invitation au voyage confie-t-on, pour celle qui amorce un beau retour sur scène."